Ballon Gilbert Stade Roger Couderc SOA A
www.valdoiserugby.org Un nouveau Logo, un nouveau site web et le CDR du Val d’Oise est devenu un site de réference parmi les sites des comités départementaux de la FFR!


Vos commentaires


Bébé 
J’avais oublié, peut-être ne l’ai-je jamais su, ce que faisait un bébé entre deux sommes, deux tétées, deux rots, deux couches. Olivia vient de me le rappeler ! Un bébé ça pleure aussi. Et certains émettent beaucoup plus de décibels que Carla Bruni…


Vos commentaires
 

Blason de l'Auvergne
"En Auvergne il y a plus de montées que de descentes" disait Alexandre Vialatte. Pour vérifier cet adage, nous avons organisé une descente à Boudes sans oublier d'apporter nos descentes personnelles. 
B - C
D - E
F - G
H - I - J
K - L
M - N
O - P
Q - R
S - T - U
V - W
X - Y - Z
Un petit tour d'entraînement dans une des caves du village, simplement pour affuter nos connaissances œnologiques.
En sortant de la cave, le soleil d’Auvergne nous rappelle que les descentes peuvent être enivrantes. Une descente
jusqu’à la source du Bard nous attirait; l’endroit est propice au repos, et à l’évocation des mérites du Gamay à jus
blanc, du Pinot noir et du Chardonnay et de leurs porte-greffe : 3309C, 41B ou S04.
Une deuxième descente en cave s’imposait pour améliorer notre référentiel bachique. Le second vigneron semblait
avoir plus étudié les règles du marketing que celles de l’INAO; nous serons sauvés de cette ptôse par un rappel à
l’ordre féminin.
Départ vers la vallée des saints, un endroit qui donne tout son sens à l’axiome d’Alexandre Vialatte, le chemin vers
cette vallée n’est qu’une succession de côtes, montées et autres raidillons…
Le retour est, lui aussi, composé de pentes, rampes et autres grimpettes… Heureusement, à l’hôtel, nous attendait
un Boudes blanc très frais, très acidulé aussi!
Le repas fut une belle montée vers le Walhalla des gastronomes. Des walkyries nous servaient le vin, une autre se
mariait, et nous avons visité le Boudes la nuit.


Vos commentaires



Fondatrice Abbaye de MaubuissonCe 4 octobre 2008 à Jean Bouin, premier match et première victoire du Stade Français sous la maillot
à l'effigie de Blanche de Castille vue par Andy Warhol. Habitant près de l'abbaye de Maubuisson, je ne puis
qu'apprécier cet hommage à la reine de France qui mit fin à la croisade des Albigeois par le traité de Meaux.
C'est à ce traité que nous devons, nous auvergnats, d'être devenus Français...
Le match entre le Stade et Montauban (ville occitane) était équilibré pendant la première mi-temps (6-6).
Dès la reprise et l'entrée de Djibril Camara, les montalbanais perdirent pied et le match se termine par 34 à 16.
Un beau premier match pour un beau maillot et de grandes décisions lors du cocktail d'après match...
Les photos du match sont ici  et les paroles de la chanson  du match sont ici.


Vos commentaires



Anniversaire Bertrand 
 Une "descente" en train en Auvergne pour fêter les quarante ans de Bertrand. La gare de Riom a bien changé depuis ma dernière visite. La gare est rénovée, mais les voies marchandises et les abords font penser à une ville fantôme de l’ouest américain, seul un tag ASM ramène à la réalité auvergnate. La soirée fut superbe et très arrosée, les photos sont ICI.


Vos commentaires



 
Blason Ceyreste
À Ceyreste, qui y va y reste. Telle est la devise de cette petite ville où JF s’est établi. En ce mois de juillet, pour lui rendre visite, j’ai suivi une belle étoile ;-)
La maison est nichée sous le pylône du chemin Charre, un havre de paix seulement troublé par le chant de l’insecte le plus bruyant de la planète, et quelquefois aussi par quelques fantômes nocturnes suscités par le produit rosé des restanques locales ;-)
Toutes les photos de ce weekend dans le sud sont ICI.
Cassis, Quai Barthélemy, sur le mur du tribunal de pêche, quelques vers du premier chant de Calendau. Une photo mémorise l'endroit, je ne résiste pas au plaisir de retranscrire ici ce premier couplet:

Iéu, d’uno chato enamourado
Aro qu’ai di la mau-parado,
Cantarai, se Diéu vòu, un enfant de Cassis,
Un simple pescaire d’anchoio
Qu’emé soun gàubi e’mé sa voio
Dóu pur amour gagnè li joio,
L’empèri, lou trelus. - Amo de moun païs


Vos commentaires